16 jours d’activisme consacrés à la lutte contre la violence basée

Teal background with light green fist raised in the air

Cette année, le thème des 16 jours d’activisme consacrés à la lutte contre la violence basée sur le genre est « TOUS UNIS ! ; Investir pour prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles ». La campagne 2023 invite les gouvernements du monde entier à montrer comment ils investissent dans la prévention de la violence basée sur le genre. Le Fonds Égalité est un fervent défenseur de l’augmentation des investissements dans le travail des organisations de femmes et des mouvements féministes. Notre travail nous a appris que la violence sexuelle basée sur le genre (VSBG) a un impact sur les femmes, les filles et les personnes transgenres dans le monde entier, et que ceux/celles qui sont confronté·e·s à des barrières intersectionnelles sont plus exposé·e·s au risque. À l’échelle mondiale, le changement climatique, les crises et les conflits, ainsi que la réaction aux droits, augmentent encore le risque de violence sexuelle basée sur le genre. De surcroît, les données les plus récentes montrent que le financement de la lutte contre la violence basée sur le genre a en fait diminué, malgré l’augmentation globale de l’aide publique au développement. Dans le cadre de la campagne de cette année, nous mettons en lumière des exemples de nos incroyables partenaires qui recourent à des stratégies intersectionnelles pour lutter contre la violence sexuelle basée sur le genre et nous faisons appel à une augmentation des investissements en faveur des droits des femmes en ligne et des mouvements féministes impliqués dans ce travail. 

Intersectionnalité et VSBG

Au Fonds Égalité, nous soutenons les organisations de défense des droits des femmes, les fonds féministes et les mouvements féministes des pays du Sud et de l’Est, en faisant confiance aux leaders des mouvements et en soutenant les efforts ancrés dans la culture, l’histoire et le leadership locaux. Bon nombre de nos partenaires subventionné·e·s s’attaquent à la violence basée sur le genre dans des zones géographiques et des contextes variés, où l’intersectionnalité est au cœur de leur action. 

Kimberlé Crenshaw a inventé le terme « intersectionnalité » pour décrire la manière dont les systèmes de pouvoir basés sur le genre, la race, la classe, l’identité de genre, le handicap et d’autres formes de discrimination se croisent pour créer des expériences uniques d’oppression et/ou de privilège. C’est essentiel car, comme le dit-elle, « mieux nous comprenons comment les identités et le pouvoir fonctionnent ensemble d’un contexte à l’autre, moins nos mouvements pour le changement risquent de se fracturer. » Au Fonds Égalité, le féminisme intersectionnel est au cœur de ce que nous faisons et inspire nos valeurs, notre travail et nos partenariats. L’approche intersectionnelle nous aide à mieux comprendre les oppressions complexes auxquelles sont confrontées de nombreuses femmes, filles et personnes transgenres, et la manière dont nous pouvons perturber le statu quo, en apportant une certaine modification aux systèmes et aux discours pour redistribuer le pouvoir dans une optique de justice. 

Cinq personnes se tiennent en cercle, les mains jointes.
«Como consecuencia de la discriminación y la desigualdad, las mujeres y las niñas soportan cargas múltiples como el aumento de la violencia de género, exacerbada durante la crisis climáticas, ya que escasean los recursos necesarios para conseguir una recuperación rápida de los desastres naturales o de otra índole. En POWA, seguimos promoviendo la justicia de género en aras de erradicar las injusticias causadas por todas estas crisis» ― Michele Irving, POWA.

Les organisations, les groupes et les leaders avec lesquels nous travaillons accomplissent un travail très intersectionnel. Leurs approches intersectionnelles plus larges garantissent que différents mouvements travaillent simultanément pour un impact multiplié. Nos partenaires sont touché·e·s par des oppressions croisées ; la réponse doit donc être elle aussi intersectionnelle. 

Justice climatique

La crise climatique a exacerbé la violence basée sur le genre. Bien qu’elle touche des populations entières, les femmes, les filles et les personnes LGBTQI+ sont touchées de manière disproportionnée. Les déplacements provoqués par les catastrophes environnementales augmentent le risque de VSBG pendant les migrations ou dans les abris temporaires. L’accès limité aux ressources et les contraintes économiques peuvent accroître les cas de violence basée sur le genre. L’effondrement des systèmes gouvernementaux, juridiques et de soutien à la suite de catastrophes liées au climat entraîne un manque d’accès à la justice pour les survivant·e·s de violences sexuelle basées sur le genre. 

Le travail de nos partenaires subventionné·e·s s’étend de Sainte-Lucie aux Philippines, en passant par l’Argentine et bien d’autres pays encore. Différents groupes travaillent à l’intersection de l’environnement et des droits des autochtones, du climat et de la souveraineté alimentaire, des crises climatiques et de la violence basée sur le genre. 

Notre partenaire Raise Your Voice St. Lucia Inc. a partagé des perspectives importantes sur son travail. 

« Le changement climatique n’est pas seulement une crise environnementale, c’est une crise humaine », déclare un·e survivant·e qui a bénéficié de soutien grâce aux initiatives compatissantes de Raise Your Voice Saint Lucia Inc. Alors que la hausse des températures et les phénomènes météorologiques extrêmes amplifient les vulnérabilités, ils affectent de manière disproportionnée les communautés marginalisées, exacerbant les inégalités existantes.

Les femmes et les enfants se retrouvent en ligne de front, subissant à la fois la violence basée sur le genre et les difficultés causées par le changement climatique. À mesure que les ressources se raréfient et que les déplacements augmentent les facteurs de stress, le cycle de la violence s’intensifie, laissant les survivant·e·s dans un environnement périlleux où ils et elles sont confronté·e·s à tous ces éléments.

« Face à l’adversité, notre organisation témoigne du pouvoir de la résilience collective. Il est essentiel de comprendre l’interaction entre la violence basée sur le genre et le changement climatique pour briser ces forces oppressives »

Raise Your Voice Saint Lucia

Le fait de fournir non seulement un abri et des conseils, mais aussi de favoriser des moyens de subsistance durables, permet à Raise Your Voice Saint Lucia Inc. de perturber les cycles qui perpétuent la vulnérabilité.

« Dans l’unité, nous trouvons la force ; dans la compréhension, nous trouvons des solutions ; et dans l’action, nous manifestons le changement » Pendant 16 jours, ils et elles amplifient leur travail pour dénouer les liens qui relient la violence basée sur le genre et le changement climatique. En savoir plus sur leur travail.

Au Bangladesh, les efforts de Babadon Sangho visent à renforcer le pouvoir des mouvements féministes émergents au niveau local, en se concentrant sur les femmes confrontées à la violence liée aux conflits fonciers et aux déplacements causés par les investisseurs fonciers. Elles jouent un rôle essentiel dans la promotion des réseaux qui défendent les droits fonciers des femmes. En tant que groupe de défense des droits des femmes dirigé par des femmes, elles sont profondément engagées à faire progresser l’égalité des droits fonciers et relatifs à l’eau pour les femmes, quelles que soient leur caste et leur religion, ce qui les distingue en tant qu’organisation particulière et influente. En outre, elles agissent à l’intersection cruciale des droits fonciers et de la question de la violence à l’égard des femmes. 

Quatre personnes dans un bateau. L'une d'elles lance un filet.
Babadon Sangho

Le recul des droits 

Dans le monde entier, nous constatons des actions bien coordonnées et financées visant à menacer, attaquer et nier les droits humains des femmes, des jeunes filles et des communautés LGBTQI+. Il a été démontré que la rhétorique anti-droits augmente l’incidence de la VSBG. Les droits n’ont pas seulement été menacés dans les tentatives de recul, mais dans certains cas, les droits des femmes, des filles et des communautés LGTBQI+ ont été supprimés. Parmi les terrifiants exemples de recul des droits, on peut citer la propagande et la législation anti-choix, avec des dimensions anti-trans virulentes, ayant un impact sur l’autonomie corporelle. L’affaiblissement des lois et des politiques en matière de violence domestique et les visions binaires du genre utilisées pour promouvoir des structures familiales hétéronormatives créent l’isolement, l’aliénation et le risque de préjudice pour les personnes non binaires.

En Albanie, Aleanca, l’Alliance pour la lutte contre la discrimination des personnes LGBTQ, a été confrontée à de graves réactions dans le cadre du mouvement anti-genre qui sévit dans le pays. Les acteur·rice·s de ce mouvement ont effectivement utilisé les médias comme outil pour cibler et déshumaniser la communauté LGBTQ. Aleanca a indiqué que ce mouvement est « bien organisé et bien financé par des groupes évangéliques aux États-Unis et qu’il bénéficie d’un soutien croissant des politicien·ne·s ». Le travail d’Aleanca consiste à accorder de petites subventions et à apporter un soutien psychosocial et juridique à la communauté touchée par la rhétorique anti-genre et les réactions violentes.

Groupe d'activistes
Aleanca

Le Fonds de reconstruction pour les femmes (RWF) de Serbie a constaté une recrudescence des politiques et des discours anti-genre en 2022, entraînant une augmentation de la violence infligée à la communauté LGBTQI et une répression de l’éducation sexuelle dans les écoles. En réaction, le Fonds de reconstruction pour les femmes (RWF) a adopté une approche à deux volets. Tout d’abord, par le biais de ses subventions, il apporte un soutien ponctuel aux militant·e·s et aux organisations en situation d’urgence pour intervenir dans les besoins immédiats, tels que les coupures de financement ou les expulsions de leurs espaces de travail et de rassemblement. Un exemple notable est celui de l’Europride 2022 à Belgrade, au cours de laquelle le RWF a soutenu des groupes touchés par de violentes émeutes provoquées par des extrémistes, en leur offrant des subventions de réponse rapide et en les mettant en contact avec d’autres ressources. De plus, le Fonds joue un rôle important dans la promotion de l’éducation sexuelle des femmes, en créant des ressources et des publications.

Intervention en cas de crise

Nombreuses sont les preuves qui montrent que les filles et les personnes LGBTQI+ subissent des préjudices spécifiques et disproportionnés à la suite d’une crise. Les défis sont nombreux, allant du manque d’accès aux besoins en matière de santé reproductive, comme des installations d’accouchement sûres et des protections hygiéniques, à l’accomplissement des rôles traditionnels de genre dans des circonstances incroyablement difficiles, en passant par la prise en charge des enfants, des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Les personnes LGBTQI+ sont souvent exclues des centres d’abri d’urgence et sont confrontées à une discrimination et à une violence accrues. Les violences sexuelles basées sur le genre se multiplient pendant les crises. Bon nombre de nos partenaires subventionné·e·s travaillent à l’intersection de la violence sexuelle basée sur le genre et de l’intervention en cas de crise et accomplissent un travail essentiel. 

Dans le cadre de ses activités sur le continent, notre partenaire le Fonds d’action urgente pour l’Afrique a soutenu les femmes, les jeunes, les personnes transgenres et les activistes non binaires tout au long du conflit politique et militaire qui a secoué le Soudan. L’impact de cette crise a propagé la violence basée sur le genre parmi les femmes et les filles à Khartoum et dans les communautés voisines, déplacé plus de six millions de personnes et provoqué des pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments. La violence sexuelle sert d’arme de guerre et les activistes sont pris·e·s pour cible. Pourtant, de nombreux·se survivant·e·s sont piégé·e·s dans les zones touchées par la violence et ne peuvent accéder à des soins médicaux et à un soutien psychologique pendant des jours. L’UAF-Africa collabore avec ses réseaux et fait appel à ses conseiller·ère·s au Soudan et dans les pays voisins de la région pour fournir rapidement des ressources à celles ceux qui en ont besoin, notamment en matière de protection de la sécurité numérique et de documentation sur les violations des droits humains. L’UAF-Africa a également soutenu la mise en place d’un système d’abri pour les femmes soudanaises ayant fui le conflit au Sud-Soudan, afin d’aider les organisations de défense des droits humains à documenter la situation et les violations commises à l’encontre des femmes défenseur·e·s des droits humains.

Lorsque la Russie a lancé son invasion massive de l’Ukraine en 2022, des millions de réfugié·e·s ont franchi la frontière pour se rendre en Pologne. En réaction, FemFund a rapidement mobilisé un plan d’action en trois volets : réattribution de subventions aux organisations et collectifs féministes ; organisation de transports humanitaires vers l’Ukraine occidentale ; et mise à disposition d’abris pour les réfugiés en adaptant les locaux de ses bureaux. Leur approche intersectionnelle de ce travail a permis de soutenir les personnes issues de communautés particulièrement vulnérables à l’exclusion et à la violence au sein des structures de soutien existantes, notamment les Roms, les personnes LGBTQI+ et les militant·e·s des droits humains. Comme cela a été largement rapporté, de nombreux Noirs, Asiatiques et Roms fuyant la guerre se sont vu refuser l’accès à la frontière et l’aide à la réinstallation, au logement et à d’autres formes de soutien matériel. FemFund a estimé qu’il était essentiel de donner la priorité à ses initiatives d’octroi de subventions pour soutenir les groupes locaux qui apportent une aide inestimable à leurs communautés confrontées à de multiples formes de discrimination. 

« Il convient de mentionner que ces organisations et groupes ont bien identifié les besoins des personnes avec lesquelles elles et ils travaillent et y ont développé une sensibilité, ce qui faisait souvent défaut dans les grands centres d’hébergement collectif ou les points d’urgence. En même temps, en raison de la nature locale de leurs activités, ils n’étaient pas des partenaires évidents pour les donateur·rice·s institutionnel·le·s fournissant des subventions humanitaires. »

FemFund

Au fil du temps, le Fem Fund a mis en relation la plupart de ces partenaires subventionné·e·s avec de grand·e·s donateur·rice·s institutionnel·le·s. Certains partenaires subventionné·e·s ont indiqué que leur subvention et leur relation avec le Fem Fund avaient accru leur visibilité et leur crédibilité auprès des donateur·rice·s internationaux·le·s, y compris les organisations humanitaires, et leur avaient permis d’établir de nouvelles relations avec des donateur·rice·s.

Personne tenant un signe arc-en-ciel
FemFund

La prévention et l’élimination de la VSBG doit être intersectionnelle

Une approche intersectionnelle de la violence sexuelle basée sur le genre est essentielle pour mieux comprendre et traiter les oppressions multiples et complexes auxquelles sont confrontées les femmes, les filles et la communauté LGBTQI+. Nos partenaires accomplissent déjà un travail très intersectionnel pour prévenir et éliminer la violence sexuelle basée sur le genre à l’échelle mondiale. Il est essentiel de soutenir leurs efforts continus et d’investir dans les organisations de défense des droits des femmes et les mouvements féministes. Notre appel à l’action pour la campagne des 16 Jours de cette année constitue un investissement accru dans ces organisations, ces activistes et ces mouvements. Les philanthropes et les programmes d’aide au développement doivent soutenir le travail vital et les solutions apportées à la VSBG par les organisations et les mouvements de défense des droits des femmes, aux niveaux local, régional et mondial.

Continue Reading

Bougez avec nous

Soutenez le travail du Fonds Égalité dans le monde entier

Stimulez le pouvoir des femmes, des filles et des personnes transgenres partout.
Faites un don maintenant